Duflot

Où investir en loi Duflot ?

Le domaine de la pierre, par un investissement immobilier, via des dispositifs de défiscalisation,  est très en vogue actuellement.  Et pourtant, dans cet  environnement fisco-légal, il est de plus en plus difficile, pour un contribuable, de faire les bons choix. Et cela est valable, surtout  en matière de défiscalisation immobilière locative,  où tout se dit, et même, dès fois, se contredit. Ainsi, il est temps de mettre les points sur les i, surtout, en ce qui concerne les régimes de défiscalisation locative, comme celui de Duflot. En fait, en quel emplacement s’investir en ce dernier ?

Un coup d’œil sur la Loi Duflot

Un coup d’œil sur la Loi DuflotLa loi Duflot a été crée pour relancer la construction de logements neufs en France, en incitant l’investissement locatif, par le biais des avantages fiscaux considérables. Elle reste similaire à la loi Scellier. En effet, toutes personnes domiciliées en France, et payant des impôts sur le territoire, peut bénéficier d’une réduction d’impôts, lors d’un investissement immobilier locatif. Mais pour la bénéficier, il faut respecter les zones éligibles.

Zones éligibles en loi Duflot

Le territoire a été redécoupé en plusieurs zones dites Duflot, dont le but était de cibler la construction de logements dans des zones géographiques dites “tendues”, où la demande locative était particulièrement forte. En effet, les zones Loi Duflot sont les suivantes :

  • Zone A bis : Paris, et les 29 communes de la petite couronne
  • Zone A : agglomérations de l’Île-de-France, Côte d’Azur, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier et le genevois français (partie française de l’agglomération de Genève);
  • Zone B1 : agglomérations de plus de 250.000 habitants, la grande couronne parisienne, communes considérées comme chères, par ex. Bayonne, Saint-Malo, Cluses, La Rochelle, Annecy, Chambéry, les départements d’Outre-Mer, la Corse et les autres îles non reliées au continent ;
  • Zone B2 : les autres communes de plus de 50 000 habitants et les communes limitrophes de la zone B1.

Zones éligibles en loi DuflotL’objectif de cette répartition est de favoriser l’investissement locatif intermédiaire, mais aussi l’accession à la propriété, et à la construction de logements. Les critères retenus pour la définition de ses zones Duflot sont des critères de tension de l’immobilier local. La tension du marché immobilier local c’est l’adéquation entre l’offre et la demande de logements. C’est-à-dire si l’offre est insuffisante pour répondre à la demande, la zone sera considérée comme « tendue ». Dans le cas contraire, une zone sera considérée comme « détendue », si l’offre est en mesure à répondre à la demande de logement. Mais pour bien réussir, l’importance de la ville est aussi un critère à considéré sérieusement.

Importance de la ville

Avant de se lancer, il faut se renseigner sur l’attractivité et le dynamisme de la ville dans laquelle on souhaite investir. À savoir, la croissance démographique, le dynamisme économique, le rayonnement universitaire, les projets à venir, la qualité de vie et le climat, etc. Tous ceux-ci sont des critères à prendre en considération, afin de s’assurer un investissement immobilier rentable, et optimisé par une location pérenne et une revente facilitée. En effet, toutes les villes possèdent leurs particularités, ainsi que leur propre marché immobilier.